Vous avez donc fait le plein de notre carburant performant à action rapide, Shell V-Power Nitro+ sans plomb, conçu pour agir instantanément dans votre moteur. Mais que se passe-t-il dans le moteur ensuite? Comment tout cela fonctionne-t-il?

Tout réside dans le contrôle. Le cycle de fonctionnement à quatre temps du moteur n'a pratiquement pas changé depuis les cent dernières années. Toutefois, les particularités sont très différentes. De nos jours, il faut absolument obtenir le plus d'énergie possible avec le moins de carburant possible.

Alors, quelles sont exactement les innovations qui rendent le moteur essence à quatre temps si sophistiqué?

Distribution à programme variable

Par le passé, les soupapes d'admission et d'échappement s'ouvraient et se fermaient toujours à intervalles fixes, dictant ainsi les caractéristiques et le rendement du moteur. Cependant, si vous changez le moment où les soupapes s'ouvrent et se ferment, vous obtenez un moteur offrant des vitesses élevées sans pour autant compromettre la capacité de traction à bas régime.

La distribution à programme variable est réalisée par une modification de la position de rotation de l'arbre à came d'admission par rapport à l'arbre à came d'échappement.

Moteur à turbocompresseur sur fond jaune

Valvematic, valvetronic, multiair et autres technologies

De plus, nous modifions l'ampleur et la durée d'ouverture des soupapes. La meilleure façon consiste à le faire continuellement sur un grand intervalle.

Un papillon des gaz n'est pas nécessaire. Si vous utilisez plutôt les soupapes d'admission pour contrôler le débit d'air en modifiant leur distance d'ouverture, la suppression de cet obstacle majeur permet à l'air de circuler plus librement.

Les constructeurs automobiles ont consacré des années à essayer de concevoir des systèmes qui peuvent faire ouvrir la soupape électroniquement ou hydrauliquement, sans être restreints par les limites de l'arbre à came. Ils ont finalement atteint cet objectif en 2009, en créant le moteur MultiAir qui peut être vigoureux même à bas régime et tourner comme dans une voiture de course sans nuire au rendement.

Voici maintenant l'élément le plus ingénieux : une vanne électromagnétique dévie une partie de l'écoulement d'huile dans le conduit hydraulique au besoin, jusqu'à 60 fois à la seconde, en laissant circuler le reste pour ouvrir la soupape d'admission. Il s'agit probablement de la percée la plus significative en matière de conception de moteur à pistons au cours des cent dernières années.

Injection directe

Dans un moteur à injection directe, le carburant est injecté directement dans le cylindre. À faible charge, il peut être injecté juste avant l'allumage, près du haut de la course de compression. Vous pouvez en fait injecter moins de carburant que le volume total d'air théoriquement nécessaire et obtenir quand même une combustion adéquate.

Pour les montées puissance, le carburant est injecté durant la course d'admission tout comme dans l'injection indirecte. Cela permet d'injecter une plus grande quantité de carburant, tout en refroidissant l'air quand il entre dans le cylindre. Ainsi, le mélange peut être comprimé davantage sans surchauffer.

Compresseur d'air d'un moteur à turbocompresseur sur fond jaune

Turbocompression

Un turbocompresseur comporte une turbine qui récupère l'énergie dégagée par les gaz d'échappement pour entraîner un compresseur d'air et permettre d'obtenir une augmentation de puissance casiment gratuite.  Le turbocompresseur comprime l'air et le pousse dans le moteur, afin de permettre la compression d'une plus grande quantité d'air dans chaque cylindre et, par conséquent, une augmentation de la puissance.

Protégez-le avec Shell

La technologie dont nous venons de parler se résume à la gestion du cycle à quatre temps, mais il existe de nombreux autres moyens permettant d'économiser de l'énergie dans les moteurs modernes. La friction est l'ennemie de l'efficacité. Par conséquent, plus les composants d'un moteur peuvent bouger facilement, mieux c'est.

L'huile Shell lubrifie le moteur, mais elle le nettoie également des dépôts nocifs grâce à des agents nettoyants actifs et ingénieux. Découvrez quelle huile protège de manière optimale votre moteur grâce à l'outil Shell Lubematch.

Les courses en quatre étapes simples

Étape une

moteur essence traditionnel quatre temps à injection

Découvrons comment fonctionne un moteur essence traditionnel quatre temps à injection.

1. La soupape d'admission s'ouvre lorsque le piston est sur le point de descendre, aspirant le mélange d'air et de carburant.

Étape deux

Anatomie d'un moteur illustrant la remontée du piston qui comprime le carburant et l'air

2. Avec les deux soupapes à présent fermées, le piston remonte, comprimant le mélange d'air et de carburant.

Étape trois

Anatomie d'un moteur illustrant l'inflammation du mélange d'air et de carburant par la bougie d'allumage

3. Juste avant que le piston n'atteigne le haut, le mélange d'air et de carburant est enflammé par la bougie d'allumage.

Étape quatre

Anatomie d'un moteur illustrant la soupape d'échappement s'ouvrant pour expulser les gaz brûlés

4. La soupape d'échappement s'ouvre et le piston remonte jusqu'en haut, expulsant les gaz brûlés.

Articles connexes de la section Conducteurs