Un reportage automobile à Amsterdam, la ville du vélo? Une ville dont les quartiers sont reliés par des canaux? C'est une mauvaise blague? Heureusement, non, il ne s'agit pas d'une blague. Quant à savoir s'il y a du mauvais là-dessous, il n'y a qu'un moyen de le découvrir...

Les bicyclettes font depuis longtemps la loi à Amsterdam pour la simple et bonne raison que sur deux roues, on peut se faufiler facilement dans les rues étroites alors qu'une voiture reste bloquée à une lenteur exaspérante dans une ronde géante à trois points autour d'une ville qui s'enorgueillit de tenir les voitures à distance.

Mais j'ai toujours aimé les défis. Donnez-moi un véhicule sport deux places compact et nerveux et je montrerai à ces mordus d'exercice comment en avoir pour son argent tout en étant assis confortablement, au chaud et à l'abri des intempéries.

Bouchon sur l'île d'Oosteliijke

Ma première rencontre avec les citadins vélocipèdes a lieu alors que je suis en train de décharger mes valises devant mon hôtel, le Lloyd, dans le quartier branché des quais de l'est. À ce moment-là, je ne me suis pas encore rendu compte que je suis plantée comme une île au beau milieu d'une piste cyclable et que je ralentis temporairement le flot des vélos. À cet endroit, la route est complètement droite des deux côtés de l'hôtel sur environ un kilomètre. Comment peuvent‑ils ne pas me voir? Je comprends vite que quiconque est assez téméraire pour s'aventurer sur une piste cyclable ne peut que se faire insulter dans un langage mondialement reconnu.

Lorsque le crépuscule tombe sur la Oostelijke Handelskade, île de 2 km où se situe mon hôtel, je démarre ma voiture et prends la direction du centre-ville. Je longe d'abord de vieux entrepôts, la plupart construits vers la fin des années 1800 et portant le nom des pays vers lesquels les navires et les bateaux à vapeur naviguaient. Ces entrepôts sont en train de disparaître lentement pour faire place à des édifices ultra-modernes, comme la superbe salle de concert Muziekgebouw, mariage incroyable de verre et de béton. Je m'arrête pour mieux l'admirer.

De loin, j'aperçois le musée scientifique Nemo, créé par Renzo Piano, qui s'élève comme un navire au-dessus du paysage urbain relativement plat de la ville. Il y a beaucoup à voir, alors je continue ma route au côté des cyclistes et des tramways, sous une lune blanche et brillante. De nombreux habitants d'Amsterdam quittent la ville en fin de semaine, comme le flux et le reflux des marées.

Balade sous la nuit étoilée

Je me dirige ensuite vers Prinsengracht et la Maison Anne Frank, agrandie de façon très réussie en 1999. Ici, à 4 h du matin, seules les rides laissées par le passage d'un cygne peuvent altérer son reflet dans l'eau. Tout est si tranquille. Quel contraste avec le quartier de Jordaan, reconnu comme la Mecque des cafés, des galeries d'art et des studios, où les habitants vont et viennent même à cette heure avancée de la nuit. Pendant que d'autres continuent à dormir, je poursuis ma route vers un autre quartier artistique, celui de la mode et des musées, où le musée Van Gogh s'élève au centre du parc que longe la rue Paulus Potterstraat.

C'est alors qu'un éclat d'aube apparaît au-dessus de ma tête, striant le ciel noir de fines rayures mauve pâle. Dans la chaleur de ma voiture, je roule sur les pavés inégaux des rues qui contournent le Rijksmuseum, et je me sens bien malgré la surface temporairement accidentée de la chaussée. Je change de cap et me dirige vers la Stadhouderskade, qui est soudainement prise d'assaut par les banlieusards à vélo, les tramways et les autobus. En traversant le canal Binnenamstel, avec ses ponts rendus célèbres par Van Gogh, j'ai l'impression d'entrer dans l'une des toiles de l'artiste.

Les boutiques commencent à ouvrir leurs portes, les affiches « fermé » à se retourner et la ville d'Amsterdam s'étire dans le petit matin ensoleillé.  C'est l'heure du petit-déjeuner et, malheureusement, du retour à la maison. J'aime Amsterdam et sa population. Il y a de nombreuses façons de visiter la ville, mais la meilleure est sans doute la nuit, dans le confort et la chaleur d'une voiture.

Articles connexes de la section Conducteurs

Bruges

La traditionnelle Bruges est connue pour ses petites ruelles et ses zones piétonnes. Alors, comment le journaliste automobile Luke Ponsford est-il censé trouver un circuit incroyable?

Londres

Lisez notre article pour découvrir Londres à l'aube, loin des embouteillages