J'approche de Londres par le sud, traversant la Tamise sur le pont de Westminster en direction des Chambres du Parlement. Au-dessus de moi, deux disques jaunes se tiennent côte à côté dans le ciel encore sombre du petit matin : la lune à gauche et l'horloge de Big Ben à droite.

Il y a de la vie à Piccadilly

Il est 3 h 50, six heures avant que le London Eye, la grande roue adorée, commence à faire tourner les touristes. Je veux trouver des points de vue uniques sur la ville, conduire sur des routes dégagées et prouver qu'il n'est pas nécessaire de vivre à côté de la piste de course de Nürburgring ou au pied du col du Stevio pour vraiment profiter de sa voiture.

Dix minutes plus tard, je suis coincé dans un embouteillage à Piccadilly Circus. Big Ben a beau dire au monde que nous sommes dimanche matin, la fièvre du samedi soir n'est pas encore terminée. Les routes sont aussi chargées qu'à 9 h un lundi matin. Profitant d'une brèche dans la circulation, je me faufile vers des rues plus tranquilles. Maintenant que Trafalgar Square est derrière moi, ce n'est pas ce qui manque.

C'est agréable de pouvoir de nouveau avancer, de sentir les pneus évoluer sur la chaussée pendant que je roule vers le quartier juridique du Temple. C'est un plaisir de conduire dans ces grandes rues en sachant que je ne serais pas subitement pris dans un embouteillage.

Voiture dans la rue en face de Big Ben

Petite virée dans le West End

Je sors de Fleet Street et le pont de Blackfriars me transporte vers l'autre côté de la Tamise. Je sillonne les petites rues en direction de Borough Market, juste au sud du pont de Londres, mais je suis toujours seul au monde. Près de London Dungeon, je suis contraint d'entrer dans un long et sombre tunnel avant de me diriger vers le quartier des théâtres de West End.

Près des vieux West India Docks sur l'île aux chiens, je tends le cou pour voir les tours de Canary Wharf. Je retourne rapidement vers l'ouest en direction de la vieille ville, de peur que les immeubles ne me cachent le lever du soleil. Je me gare sur le pont de Waterloo et je regarde le soleil apparaître lentement en faisant scintiller les eaux grises de la Tamise.

C'est l'heure de retenter ma chance à Piccadilly Circus. Depuis le pont de Westminster, je vois Big Ben qui m'indique qu'il est 5 h 30. Il n'y a que moi, la statue de Churchill et quelques agents de police qui patrouillent près du Parlement. Je traverse Trafalgar Square et j'aperçois les néons immuables de Piccadilly Circus.

Voiture dans un tunnel

Seul dans la ville

Le trafic qui a perturbé ma balade un peu plus tôt ce matin a disparu. Étonnamment, il n'y a pas âme qui vive à Piccadilly Circus. Un sourire s'étire lentement sur mon visage. Les rues de Londres m'appartiennent. Pas de temps à perdre. Qui sait combien de temps cette quiétude durera?

Après Piccadilly, je pique au sud et je m'engage dans l'énorme carrefour giratoire de Hyde Park Corner.  De là, je me laisse guider par Park Lane, puis je contourne Marble Arch et redescends de l'autre côté de l'autoroute à deux voies jusqu'à Hyde Park Corner, sortie Constitution Hill. Encore une fois, je suis complètement seul et tout semble encore plus irréel lorsque je passe devant Buckingham Palace.

Pendant l'heure qui suit, je me promène au hasard des rues secondaires, sans me soucier de savoir où je vais. Dans une heure ou deux, ces rues seront si embouteillées qu'il sera quasi impossible d'y passer en voiture.

Bientôt, la magie de la conduite et de ce beau matin disparaît. Je dois maintenant partager les rues. Je me dis ensuite que si toutes les routes mènent à Londres, il doit bien y en avoir quelques-unes qui mènent hors de Londres. Et les belles routes facilement accessibles depuis la ville, ce n'est pas ce qui manque.

Articles connexes de la section Conducteurs

Berlin

Autrefois divisée, la ville de Berlin est aujourd'hui une métropole cosmopolite dont l'architecture mélange harmonieusement l'ancien et le contemporain. Le journaliste automobile James Mills s'y est rendu pour sillonner les rues de la capitale.

Bruges

La traditionnelle Bruges est connue pour ses petites ruelles et ses zones piétonnes. Alors, comment le journaliste automobile Luke Ponsford est-il censé trouver un circuit incroyable?