Près de 25 ans après le repli du socialisme, le centre de Varsovie regorge de vie. Regorge de bars. Regorge de restaurants. Regorge de monde. Il me semble approprié d'explorer les rues de la ville comme le font les habitants de Varsovie qui plongent dans leur passé et célèbrent l'identité culturelle d'une ville dont le caractère évolue rapidement.

En circulant au cœur de Varsovie, je redouble de vigilance. Non pas à cause de la nuit noire ou des foules de noctambules se rendant à des expositions, mais à cause de ce avec quoi je partage la route. Ce soir, des trams et des bus d'époque ont été temporairement ressuscités et des cortèges de voitures anciennes forment un charmant décor.

Personnes assises au restaurant

Fierté polonaise

Il y a plus de 20 ans, j'ai fait mes études dans cette ancienne ville socialiste léthargique. C'est incroyable à quel point Varsovie a pu changer depuis cette époque. Aujourd'hui, la capitale de la Pologne est animée et vivante en permanence, de jour comme de nuit. Je n'aurais jamais pensé que cela arriverait.

Ce soir, je me rends compte que cette ville autrefois provinciale située aux frontières du bloc de l'Est s'est épanouie et est à présent florissante. Dans quelle autre ville du monde pouvez-vous trouver une telle variété de styles, un tel éclectisme architectural que dans le centre de Varsovie? Le réalisme social fusionne avec l'art nouveau et de véritables perles du baroque. Le Palais de la culture et de la science, bien que considéré comme quelconque, voire même détesté par certains habitants de la ville, est un exemple exceptionnel de l'architecture stalinienne, relativement rare en dehors de l'Union soviétique.

Au fil de notre balade, nous empruntons la route royale et traversons le quartier Powiśle où des sonorités de jazz, de rock et de blues s'échappent des bars aux portes ouvertes, incitant les passants à entrer. Mais c'est seulement lorsque j'entre dans la vielle ville (Stare Miasto) et dans la nouvelle ville (Nowe Miasto) que je réalise que New York n'est pas la seule ville qui ne dort jamais. La seule différence étant que dans la « Big Apple », l'architecture est loin d'être aussi contradictoire qu'à Varsovie.

Voiture dans une rue, à minuit.

Voir Varsovie sous un nouveau jour

Cela peut sembler étrange, mais l'éclairage public est une véritable nouveauté dans cette ville où il fallait auparavant utiliser une lampe de poche la nuit; même les non-fumeurs possédaient des allumettes dans leurs poches afin de pouvoir trouver leur arrêt de bus dans l'obscurité totale. Aujourd'hui, Varsovie est parfaitement éclairée et accueillante la nuit. La lumière chaleureuse des lampadaires illumine chaque coin de rue.

Bien que je partage toujours la route avec quelques autres véhicules, la ville n'est silencieuse qu'entre quatre et cinq heures du matin, je braque les feux de la voiture vers chacun des ponts pour observer leurs magnifiques structures. La lumière est suffisante pour admirer la vue et le scintillement des lumières de la ville dansant sur la rivière comme des étoiles dans le ciel.

Deux ponts à haubans sont particulièrement élégants : les ponts Świętokrzyski et Siekierkowski. Les esprits artistiques s'enthousiasmeront quant à eux davantage pour le pont Poniatowskiego. Les structures en acier étranges sous ses chevalets, qui sont relativement rares, laissent une impression incroyable.

Alors que je termine ce circuit secret de Varsovie, le soleil commence à réchauffer les rues, me rappelant que j'ai passé une nuit blanche. Mais je me sens plutôt bien. Sur le chemin de la maison, je me sens revigoré de savoir que cette ville autrefois boudée par les touristes, a désormais quelque chose à offrir à chacun. Venez-y un jour. Vous ne serez pas déçu.

Articles connexes de la section Conducteurs

San Francisco

Nous avons envoyé le journaliste automobile Pat Devereux visiter San Francisco, la ville immortalisée dans Bullitt, le film de 1968 avec le roi du cool, Steve McQueen, à l'affiche.

Tokyo

Conduire dans la capitale du pays le plus avancé au monde d'un point de vue technologique est une expérience unique. Le journaliste automobile Nik Berg nous guide sur la route la plus célèbre de Tokyo.